Décision n° 219/CC : NR dénonce une décision inique

La décision n° 219/CC de la Cour constitution modifiant l’article 13 de la Constitution serait, selon le mouvement Nouvelle République (N.R), une manœuvre du «non-droit» visant à maintenir le Gabon sous la tutelle d’un «système opaque et hors de loi».

© D.R.

 

Les membres du mouvement Nouvelle République ont tenu à marquer leur indignation, face à la décision n° 219/CC du 14 novembre 2018 de la Cour constitutionnelle, ayant ajouté un alinéa à l’article 13 de la Constitution et autorisé le Vice-président de la République à convoquer et à présider un Conseil des ministres.

Selon ce mouvement basé à Paris, en France, le président de la Cour constitutionnelle, Marie-Madeleine Mborantsuo, aurait outrepassé ses prérogatives constitutionnelles. «Cette interprétation empruntée de la Constitution de notre République aux répercutions insoupçonnées et donnant lieu à une modification de celle-ci au mépris de la loi, ne saurait nous laisser indifférents quant au projet de société́ que nous portons pour l’avènement d’un Gabon nouveau, fort de son capitale naturel et humain», a indiqué le président du mouvement N.R, Jean-Jules Mikala.

«Le mouvement Nouvelle République condamne avec gravité la manœuvre du Premier ministre et du Vice-président de la République dont se serait rendue complice la Cour constitutionnelle, qui viserait à faire obstruction à la Loi fondamentale, s’en remet à la voix du peuple, et, exhorte, instamment, chaque Gabonaise et chaque Gabonais à faire preuve et montre d’une vigilance renforcée en ces moments de crise sans nom», a-t-il conclu.

Partager :

Cliquez pour partager sur WhatsApp(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Skype(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquer pour imprimer(ouvre dans une nouvelle fenêtre)