Beyrouk, l’écrivain qui raconte le monde depuis le Sahara

Dans « Je suis seul », le romancier mauritanien imagine une ville, en bordure du désert, tombée entre les mains de djihadistes. Par Gladys Marivat Publié aujourd’hui à 16h01, mis à jour à 17h11. Temps de Lecture 5 min. Partager sur Facebook Partager .