Au Kenya, des réfugiés se racontent pour changer le regard sur l’exil

Amina Rwimo est sur une brèche ouverte entre infinie tristesse et optimisme émerveillé. Ses yeux délicatement maquillés retiennent une larme dès qu’elle évoque l’absence de sa mère – elle n’en dira pas plus sur sa famille en RDC – mais s’emplissent d’étoiles lorsqu’elle parle de ses projets de cinéma. Ses émotions, la réalisatrice a choisi de les réserver à ses films. Avec succès. Son deuxième court-métrage, It has killed my mother, déjà primé, sera notamment projeté lors du Festival international du film de Zanzibar, du 7 au 15 juillet.

La jeune femme de 24 ans a fait des mots prononcés aux Oscars par son idole, l’actrice Lupita Nyong’o, son credo : « No matter where you are from, your dreams are valid » (Qu’importe d’où tu viens, tes rêves sont valides). Le premier souvenir d’Amina Rwimo, lorsqu’elle arrive, adolescente isolée, à Kakuma, est d’être « totalement, tellement perdue ». Mais le camp offre la sécurité, lui permet d’étudier et de se former à la réalisation grâce à une ONG. Aujourd’hui, « Kakuma est ma maison, mon futur, ma force et mon inspiration. C’est l’endroit où mes rêves sont devenus valides », insiste ce bout de femme élégante, en robe verte bouffante et escarpins noirs.

Lire aussi :   L’Ouganda suspecté d’avoir gonflé le nombre de ses réfugiés

Pour l’instant, Amina Rwimo a concentré son travail sur des sujets rémanents dans la vie du camp (tourné à Kakuma, It has killed my mother traite du danger de l’excision). « Je veux continuer à faire des documentaires sur des problématiques qui touchent à la vie des réfugiés, raconte celle qui écrit, produit et tourne ses scénarios. Je vais aussi faire des histoires d’amour, des films de divertissement que tout le monde peut vouloir regarder et acheter. »

Avec un associé, également réfugié, elle a fondé une société de production, dont les locaux sont en construction à Kakuma. A terme, elle souhaite monter un studio de musique pour enregistrer et mixer elle-même les bandes-son de ses films. Et, pourquoi pas, ouvrir cet espace aux musiciens du camp et créer un label de musique.